A PROPOS DES CONCOURS PHOTO

PHOTOS DE NATURE – CRITERES INDICATIFS DE JUGEMENT

Une bonne photo est-elle une belle photo ?

regardPas nécessairement : une belle photo va répondre à des critères esthétiques, elle sera agréable à regarder mais ne suscitera pas obligatoirement une émotion. Une photo « carte postale » (sans idée péjorative), une photo d’illustration, la photo naturaliste correspondent à cela, il s’agit d’une description plus ou moins fidèle d’une réalité visuelle.

Une bonne photo se situera d’emblée dans le registre des émotions (positives ou négatives) ; elle pourra être attirante ou dérangeante, en tous les cas elle ne laissera pas indifférent. Une bonne photo peut cependant être belle à la fois dès lors quelle répond conjointement à des critères esthétiques et émotionnels.

Quelques éléments de jugement d’une photo de nature,,,

1-L’accroche » : la photo fait-elle « tilt », provoque t-elle une émotion, retient-elle l’attention ?
2-Le sujet : est-il dans le champ du thème demandé, s’il y a un domaine prédéfini ?

Le sujet soulève beaucoup de questions dans le domaine de la photo de nature.

La difficulté d’approche du sujet (animaux) et d’accès du lieu de prise de vue  (animaux, paysages, plantes). A titre d’exemple il est plus difficile d’approcher un chamois qu’un bouquetin dans les Alpes ou un lion dans la savane africaine…
La rareté du sujet : une photo de lynx en milieu naturel n’aura pas le « même poids » que celle d’un chevreuil. De la même manière il est plus facile de photographier un cerf en forêt de Rambouillet que dans le massif des Bauges.
Dans tous les cas les photos en milieu naturel (sauvage) sont bien plus compliquées à réaliser que dans un parc ou une réserve… Et pourtant bon nombre de photos de nature ne précisent pas les lieux et conditions de prise de vue…

3-Une des grandes différence entre la photo de nature et la photo naturaliste réside dans la dynamique de la photo.

La photo naturaliste montrera un sujet avec la plus grande précision possible, elle sera descriptive, souvent « figée ».
La photo de nature montrera davantage un sujet en action (accouplement, nourrissage, combats, mouvements…) et/ou dans des conditions de lumière et de cadrage originaux. Ex : une fleur en contre-jour…

4-La qualité technique de la photographie :

filéGestion des zones du sujet nettes et floues ; ex : tête d’un oiseau nette mais ailes floues dans une photo de mouvement ; effet de filé…
Le regard d’un animal : terne ou avec un éclat de lumière.
Le flou d’arrière plan (ou bokeh) qui permet au sujet ou à la scène de se détacher et qui est plus ou moins esthétique.
La composition et le cadrage : proximité du plan ou, au contraire, champ large qui montre le sujet dans son milieu. Place du sujet dans la photo : facilité et cohérence de lecture de l’image (le regard se déplace plus facilement-dans notre culture occidentale-de la gauche vers la droite dans le sens de la lecture). Choix du format de l’image : 1×1, 2×3, 4×3, panoramique, sens de présentation (paysage ou portrait).

L’exposition juste : zones sur ou sous exposées ; équilibre général de l’image entre parties claires et parties sombres.
La qualité de la lumière : les lumières du matin (tôt) et du soir sont bien plus belles qu’en milieu de journée, elles donnent du relief à l’image ainsi qu’un modelé qui contribuent à créer une atmosphère ; de même, la lumière hivernale est plus douce que celle de l’été. A ce titre, doit être prise en compte la gestion de la balance des blancs ainsi que la gestion des contrastes. (Equilibre entre une image « dure » et une image « molle »).
La gestion de la couleur : on trouve là aussi l’importance de l’équilibre de la balance des blancs mais également celle de l’équilibre du niveau de saturation des couleurs. Le critère esthétique tiendra aussi compte du mariage ou, au contraire, de l’opposition des couleurs dans l’image selon l’effet recherché.
Enfin la notion de piqué de la photo, la maitrise du bruit numérique et celle de l’accentuation, autant d’éléments qui doivent être travaillés (à la prise de vue et en post traitement) de manière telle qu’ils doivent se faire oublier dans la lecture de la photo.
Un dernier point concerne la présentation de la photo lorsqu’il s’agit d’une « photo papier » : nature du papier photo (mat/brillant), qualité du support et de l’impression. Couleur/teinte du passe-partout (qui encadre la photo) qui contribue à la mise en valeur de l’image ; qualité du support et finition.

En conclusion, ce qui semble le plus important est l’association de trois éléments : l’accroche (qui englobe d’autres critères), la qualité globale de l’image et l’originalité de la photographie. Pour reprendre nos exemples, mieux vaut une belle photo de chevreuil qu’une photo « ratée » d’un lynx…

[hupso]

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>